Défiscalisation

Quelle imposition pour location meublée ?

Vous souhaitez savoir quelle serait l’imposition pour votre location meublée ? En effet, l’administration fiscale calcule le tarif des impôts pour location meublée en fonction des types d’appartements. Outre le type de logement, il existe aussi autres paramètres qui permettent de déduire l’imposition d’une location meublée. Découvrez ici tout ce qu’il faut sur l’imposition pour location meublée.

Location meublée non professionnelle (LMNP) et impôt

Il existe deux régimes fiscaux possibles lorsqu’il s’agit d’imposition pour location meublée non professionnelle. En effet, il s’agit de l’imposition du loueur meublé au régime micro-BIC et de l’imposition du loueur au régime réel. Vous pouvez choisir parmi ces deux fiscales l’option qui vous semble être la meilleure.

A voir aussi : Quels avantages à investir des SCPI en assurance vie ?

L’imposition du loueur meublé au régime micro-BIC

Ce régime représente le plus simple pour la location meublée non professionnelle. Ici, vous êtes juste appelé à déclarer les loyers perçus. Le fisc applique un abattement de 50% à l’ensemble des loyers perçus, c’est-à-dire que les loyers perçus sont divisés en deux parties égales dont 50% à l’impôt. Par exemple, si un monsieur X loue un bien meublé non professionnel à 5 000 euros et opté pour le régime micro-BIC, les impôts lui coûteront 50% du loyer perçu et donc (5000×50)÷100= 2500 euros. On appliquera alors une somme de 2500 euros à monsieur X comme imposition pour sa location meublée.

L’imposition du loueur meublé au régime réel

Si le régime micro-BIC ne vous agrée pas, vous avez donc une autre possibilité celle d’opter pour le régime réel. Ce régime attire beaucoup plus de personnes parce qu’il permet parfois de se passer du paiement d’impôt. Toutefois, le calcul ici est assez complexe et nécessite l’intervention d’un expert en comptabilité.

A lire en complément : Quand faut-il se lancer dans la défiscalisation immobilière ?

Comme l’indique son nom, l’imposition du loueur meublé au régime réel consiste à déduire de vos loyers les factures que vous payez normalement sur votre immobilier avant l’application des frais d’impôt. De même, il peut être aussi possible de défalquer un amortissement des meubles ou du bien avant le calcul des frais d’impôt. Vous avez donc l’obligation de déclarer les loyers perçus, les charges payées sans oublier le calcul de l’amortissement.

Location meublée professionnelle (LMNP)

Pour la location meublée professionnelle, il existe trois régimes d’imposition à savoir :

  • Le régime réel : il vous permet de déduire l’ensemble de vos frais et charge ;
  • Il y a aussi le régime de microentreprise (ou micro-BIC) : ce régime s’applique lorsque les loyers bruts annuels sont inférieurs à 70 000 euros ;
  • Et le régime de l’imposition sur les sociétés : ce régime est applicable lorsque l’activité est exercée par une société.

Pour s’enregistrer sur ce statut, il faut nécessairement remplir les deux conditions ci-dessous :

  • Percevoir au-delà de 23.000 euros comme frais de loyers annuels ;
  • Les revenus du loueur doivent être en dessus de la moitié des revenus du foyer fiscal (pensions et rentes viagères, bénéfices non-commerciaux, traitement et salaires-bénéfices industriels et commerciaux).

En bref, les frais d’impôts pour une location meublée, varient en fonction du choix de régime du loueur et du type de logement.

Les différents régimes fiscaux pour la location meublée

Il existe plusieurs régimes fiscaux applicables à la location meublée en France, qui varient selon les cas et les situations des loueurs. Voici un aperçu de ces régimes :

• Le régime micro-BIC : Ce régime est réservé aux loueurs dont le montant annuel des loyers ne dépasse pas 70 000 euros. Il permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50 % sur les revenus locatifs perçus, avant imposition.

• Le régime réel simplifié : Pour ceux qui ont opté pour ce régime fiscal, il est possible de déduire l’ensemble des charges liées au logement (travaux, intérêts d’emprunt, etc.) du montant total des loyers perçus. Cette méthode peut être très avantageuse si vous avez beaucoup de charges à déduire.

• Le régime réel normal : Les contribuables qui ont choisi ce régime peuvent aussi déduire toutes leurs charges liées à leur activité locative, mais doivent tenir une comptabilité plus rigoureuse que dans le cadre du régime réel simplifié.

• L’imposition sur les sociétés (IS) : Ce dernier choix s’applique uniquement si vous exercez votre activité de location meublée via une société commerciale (SARL ou SAS). Dans ce cas-là, c’est la société elle-même qui sera imposée sur ses bénéfices locatifs nets après déduction des frais engagés.

Il faut noter que certains avantages fiscaux sont possibles pour ceux qui investissent dans des résidences de services, telles que les résidences étudiantes ou les EHPAD. Ces dispositifs fiscaux permettent notamment une réduction d’impôts sur le revenu pour l’acquisition du bien immobilier, ainsi qu’une exonération partielle de la taxe foncière pendant plusieurs années.

Il faut souligner que les régimes fiscaux applicables à la location meublée sont complexes et peuvent varier selon chaque situation individuelle. Il est donc vivement recommandé de se faire accompagner par un expert-comptable spécialisé en immobilier locatif afin d’éviter toute erreur lors de votre déclaration fiscale annuelle.

Les avantages fiscaux de la location meublée professionnelle

En plus des différentes options de régimes fiscaux, la location meublée professionnelle offre aussi plusieurs avantages fiscaux. Effectivement, cette forme d’investissement locatif permet aux investisseurs de bénéficier de plusieurs dispositifs très intéressants.

Les propriétaires qui choisissent ce type de location peuvent opter pour le statut LMNP (Location Meublée Non Professionnelle). Ce dernier leur permettra notamment de déduire leurs charges et amortissements du montant total des loyers perçus. Ils ne seront imposés que sur une partie seulement des revenus générés par leur activité locative.

Certains investissements dans la location meublée professionnelle offrent des avantages fiscaux supplémentaires. C’est notamment le cas pour les résidences étudiantes ou les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), où l’on retrouve deux types de dispositifs :

• Le statut LMNP-Censi Bouvard : ce dispositif fiscal permet aux investisseurs en résidence services neuves ou rénovées de bénéficier d’une réduction d’impôt correspondant à 11 % du montant TTC du bien immobilier acheté sur neuf ans. Cette réduction peut aller jusqu’à 33 000 euros selon le prix du logement.

• Le régime LMP : si vous êtes un loueur en meublé professionnel exerçant votre activité via une société commerciale (SARL ou SAS), vous pouvez aussi profiter du régime LMP (Location Meublée Professionnelle). Ce dernier permet notamment de déduire l’ensemble des charges liées à l’activité locative, même celles qui ne sont pas directement rattachées au bien immobilier loué.

Il est possible d’alléger sa fiscalité en investissant dans un bien meublé ancien. Effectivement, ce type d’investissement ouvre droit à la défiscalisation Censi Bouvard Ancien. Les propriétaires peuvent alors bénéficier d’une réduction d’impôt de 30 % sur les travaux effectués pour remettre le logement aux normes et mettre en conformité les équipements du bien avec les exigences modernes.

La location meublée professionnelle offre de nombreux avantages fiscaux intéressants pour les propriétaires souhaitant investir dans ce domaine. Il faut se faire accompagner par un professionnel spécialisé afin de bénéficier des dispositifs fiscaux adaptés à votre situation personnelle et éviter ainsi toute erreur lors de vos démarches administratives annuelles.