Défiscalisation

C’est quoi le déficit ?

Le mot déficit fait partie des expressions du dictionnaire français ayant des sens très complexe. Vous souhaitez comprendre le mot déficit ainsi que les différents contextes dans lesquels il s’emploie plus ? Découvrez dans ce mini-guide la réelle signification du mot déficit.

Que veut dire le mot déficit ?

De base, le mot déficit appartient au secteur de la finance. Par ailleurs, en finance, on peut définir le mot déficit comme étant le déséquilibre entre les dépenses et les recettes dans le budget de l’État. Généralement, cette situation se produit lorsque les dépenses surpassent les recettes. En réalité, le mot déficit vient du mot latin defectus qui veut dire « il manque ». Ce terme est utilisé depuis le XVIIIᵉ siècle pour exprimer un manquement en finance.

A lire aussi : Les SCPI fiscales : une solution pour investir dans l'immobilier et diminuer ses impôts

Outre la finance, le mot déficit s’emploie également dans plusieurs domaines dont la médecine par exemple. En médecine, on parle de déficit immunitaire ou immunodépression ou encore immunodéficience. Ces termes s’utilisent en médecine pour faire part d’une situation négative selon laquelle le système immunitaire n’arrive plus à se défendre contre les attaques des virus, bactéries, microbes, etc. Sur ce, on peut dire qu’il existe plusieurs déficits.

Les types de déficit

Le sens du mot déficit varie en fonction du contexte dans lequel il se trouve. Comme indiqué en dessus, ce terme s’emploie dans divers domaines comme la médecine et surtout la finance qui est de base sa provenance. Encore, en finance, il existe aussi plusieurs types de déficit.

A découvrir également : Quand faut-il se lancer dans la défiscalisation immobilière ?

Déficit budgétaire

Le déficit budgétaire est fortement lié à l’administration publique. On l’utilise souvent dans les cas où une administration publique ne réussit pas à réunir les moyens financiers nécessaires pour faire face à ses dépenses. De même, le déficit budgétaire aussi lié aux fonds qu’une administration perçoit d’une autre compte tenu des engagements financiers entre les deux (entre un État et une région par exemple).

Déficit public

Le déficit public est encore plus large que le déficit budgétaire. Ici, il est question des budgets de l’administration publique (sécurité sociale et collectivités locales) mais aussi des budgets de l’État. Chaque année depuis 1974, le gouvernement français présente un déficit public. En 2010, le déficit public de la France avait tendance à chuter. Mais depuis 2019 notamment pour les raisons de crise sanitaire en ces dernières années, on note une constante amélioration.

Notez que le déficit public en France était à 54, 1 milliard d’euros en 2018, d’après les chiffres, il explose davantage et atteint 211,5 milliards d’euros en 2020. Les informations portantes sur le déficit public sont généralement par les pouvoirs publics en pourcentage du produit intérieur brut (le PIB, un indicateur qui permet de mesurer les richesses créées dans une nation) via les médias.

Les causes du déficit

Maintenant que nous avons précisé les différents types de déficit, pensez à bien réfléchir à ce qui pourrait générer moins de bénéfices.

Dans cet article et en répondant à la question de savoir ce qu’est un déficit, il faut retenir que ce terme peut varier selon le contexte dans lequel il est utilisé. Toutefois, on identifie généralement trois types de déficits : celui budgétaire, public et commercial. Les causes du déficit peuvent être multiples mais les plus courantes sont l’augmentation des dépenses publiques sans accroissement des recettes fiscales, la baisse des recettes publiques ainsi que la diminution des investissements privés rentables. Un déficit est une situation financière négative qui doit être évitée ou corrigée pour assurer une bonne santé économique d’une entreprise ou d’un État.

Les conséquences du déficit sur l’économie et la société

Les conséquences du déficit sur l’économie et la société sont nombreuses. Le déficit budgétaire peut entraîner une augmentation de la dette publique, qui peut elle-même avoir des répercussions négatives sur les taux d’intérêt et donc ralentir la croissance économique. Effectivement, lorsque l’État doit emprunter pour financer ses dépenses, les investisseurs peuvent exiger des taux d’intérêt plus élevés pour compenser le risque lié à l’augmentation de la dette.

Le déficit commercial quant à lui peut aussi avoir un impact important sur l’économie nationale car il indique que plus de biens sont importés qu’exportés. Cela signifie que les entreprises locales sont moins compétitives à l’échelle internationale et peuvent perdre leur part de marché au profit d’autres pays. Si cette situation se prolonge dans le temps, cela pourrait affecter négativement la balance commerciale globale du pays ainsi que sa devise.

Ce ne sont pas seulement les aspects financiers qui peuvent être touchés par un déficit. Les conséquences sociales peuvent aussi être importantes : en cas de baisse des recettes publiques ou d’une diminution des investissements privés rentables causée par un faible bénéfice net, cela pourrait entraîner une diminution significative des prestations sociales offertes par le gouvernement aux citoyens tels que l’éducation ou encore les programmes sociaux comme celui relatif aux soins médicaux.

Tout type de déficit a son lot de conséquences néfastes sur notre vie quotidienne : perte du pouvoir économique national face aux autres nations ou encore le creusement de la dette publique. Il faut comprendre ce que représente un déficit et agir rapidement en cas de nécessité pour éviter les effets négatifs sur l’économie et la société.