Immo

Comment s’articule le viager ?

Vous souhaitez acheter un bien en viager, mais vous ne savez pas comment procéder ? Voici un passage qui vous présente toutes les informations sur ce type d’investissement. On vous explique tout sur les différents types de contrats en viager et leurs clauses. Suivez donc !

L’investissement en viager : comment ça marche ?

Le viager est une forme de vente de bien immobilier de particulier à particulier. Les échanges ne se passent pas de la même façon que les ventes simples. La rente viagère est souvent périodique. Elle peut de ce fait être mensuelle, annuelle ou trimestrielle. Elle peut se faire accompagner par un bouquet. Autrement, l’acquéreur du bien peut verser une somme d’argent au moment de la signature des contrats de vente. Elle sera ensuite déduite de la valeur totale du bien. Retenez aussi qu’il existe deux différents types de viager : le viager occupé et le viager libre.

A lire en complément : Critères essentiels pour sélectionner le quartier parfait pour vivre

Pour le viager libre, le propriétaire peut céder la maison au nouvel acquéreur, mais dispose encore des droits sur la propriété. En effet, dans le cas ici présent, l’ancien propriétaire de l’appartement peut continuer à l’habiter bien qu’il l’ait vendue à un autre bailleur. Mais après son décès, ce dernier dispose de tous les droits sur le bien. Pour le viager libre, le nouvel acquéreur peut commencer par occuper le bien immédiatement après la signature du contrat d’achat. Le vendeur doit donc céder la maison immédiatement après la conclusion des accords avec son partenaire.

A voir aussi : Qui doit payer la taxe foncière en indivision ?

Les ventes en viager sont très particulières. Entre le vendeur et l’acheteur, personne ne connaît le prix auquel le bien sera vendu. L’acquéreur devra juste se charger de verser les fonds jusqu’au décès du propriétaire. Mais cette forme d’échange est beaucoup plus conseillée aux personnes âgées. Avec elles, la durée pour le versement des fonds est assez courte.

La rente viagère : comment est-elle calculée ?

Il est vrai que le montant de vente en viager n’est pas attribué de façon arbitraire. Mais il y a une somme minimale qui doit être conclue dans l’acte de vente. Même en cas de décès prématuré, l’acheteur devra verser celle-ci dans le compte du vendeur pour sa famille. Pour le fixer, il faut tenir compte de plusieurs éléments comme : l’âge du propriétaire, le montant du bouquet et la valeur foncière du bien.

Toutefois, les biens vendus en viager occupé sont un peu plus particuliers. L’acheteur pourra bénéficier d’une réduction sur le prix d’achat en raison du droit d’usage maintenu par le vendeur jusqu’à son décès.

Les avantages et les risques de l’investissement en viager

Investir en viager peut présenter des avantages pour les deux parties, que ce soit l’acheteur ou le vendeur. Pour l’acquéreur, il s’agit d’un investissement immobilier qui permet de se constituer un patrimoine à moindre coût. Effectivement, la récupération du bien immobilier ne se fera qu’à la mort du propriétaire et le montant versé sera calculé sur une durée relativement courte par rapport au prix marchand initial.

Quant au vendeur, cela lui permet de bénéficier d’une rente régulière jusqu’à son décès tout en gardant l’usage de son logement. Ce qui représente un avantage non négligeable pour les seniors souhaitant améliorer leur situation financière.

L’investissement en viager n’est pas dénué de risques et peut comporter certains inconvénients. Le versement mensuel est soumis aux aléas liés à la longue vie du vendeur et donc peut être plus important que prévu si celui-ci vit plus longtemps qu’estimé initialement. De même pour le vendeur s’il vend son bien avec une forte réduction voire sans bouquet : il prend alors le risque que sa famille reçoive moins lors de sa succession.

Il faut savoir qu’un tel achat nécessite une bonne analyse des tenants et aboutissants ainsi que du marché immobilier local afin d’éviter toute mauvaise surprise dans le futur.

Les critères à prendre en compte pour choisir un viager adapté à ses besoins

Pour investir en viager, vous devez bien choisir le contrat qui convient le mieux. Il existe plusieurs types de viagers avec des modalités différentes. Le choix dépendra principalement du profil et des besoins du vendeur.

Le premier critère à considérer est la durée estimée de vie du vendeur. Si celui-ci a une espérance de vie élevée, le versement mensuel sera plus élevé que s’il était faible car l’investisseur prend un risque plus grand.

La valeur du bien immobilier doit aussi être prise en compte. Plus elle est capitale, moins la rente sera élevée pour compenser cette charge financière supplémentaire pour l’acheteur. C’est pourquoi les biens immobiliers achetés en viager sont souvent situés dans des zones où les prix pratiqués sont accessibles.

Il faut aussi tenir compte de l’état d’entretien général du logement ainsi que des travaux nécessaires s’il y en a, afin d’évaluer leur coût prévisible avant d’envisager une offre.

Il ne faut pas oublier que certains contrats peuvent inclure une clause permettant au vendeur ou aux héritiers de récupérer leur bien s’ils souhaitent y habiter ou le vendre ultérieurement, et cela peut influencer le montant proposé par l’acquéreur initialement prévu lors de la vente.

Tous ces éléments doivent être pris en compte afin d’éviter les mauvaises surprises pour l’un ou l’autre des contractants. À noter que vous devez vous faire accompagner par un professionnel du viager pour évaluer la situation et éviter tout litige potentiel.