Investissement

Comment calculer la rentabilité de l’investissement dans l’immobilier ?

Avant toute activité concernant l’investissement dans l’immobilier, il faut évidemment avoir une certaine connaissance dans ce secteur d’activité. De ce fait, l’investisseur doit savoir comment calculer le rendement de son investissement. Découvrez dans cet article, comment calculer les différents éléments permettant de juger de la rentabilité de votre investissement.

Le calcul du rendement brut d’un investissement locatif.

Le calcul du rendement brut permet au propriétaire d’avoir idée sur son investissement. La rentabilité brute mesure le revenu que le loyer rapporte aux montants d’achat. C’est une notion primordiale à prendre en considération, car cette donnée varie en fonction de la localisation du bien. Ce rendement ne tient pas compte des charges supportées par le loueur en moins de la fiscalité.  En effet, pour calculer la rentabilité brute, il faut multiplier le prix du loyer mensuel par 12 et puis diviser le résultat obtenu par 1OO. Puis enfin, divisez le nouveau résultat par le montant d’achat du bien. Le montant d’acquisition inclut les frais d’acquisition et les frais des actes notariés éventuels et le montant des travaux et réparations. Ce calcul vous donne exactement la rentabilité locative brute en pourcentage.

A découvrir également : Investissement foncier : stratégies et avantages pour réussir

Le calcul de la rentabilité nette d’un investissement locatif.

Le calcul de la rentabilité nette est généralement plus concis que la rentabilité brute. Cette rentabilité permet de mieux apprécier le rendement de l’investissement. Pour calculer le rendement locatif net, le loueur doit prendre en considération les charges et les dépenses essentielles de la location. Pour ce faire, il suffit de multiplier le prix du loyer par 12 et par 100 pour obtenir un premier résultat. Par la suite, diviser les charges locatives par le prix d’achat afin d’obtenir un second résultat. Et enfin, faites la soustraction entre le premier résultat et le second résultat, le nouveau résultat constitue le rendement net.

Le calcul de la rentabilité net d’impôt.

Cette rentabilité donne davantage plus de précision sur le rendement d’un investissement immobilier. Les prélèvements sociaux et les charges liées au logement doivent être pris en compte dans le calcul. Ainsi, la formule de calcul de cette rentabilité se présente sous la forme suivante : 100 * (loyer annuel) — (le prix des charges du location) — (les impôts liés au logement) /prix d’achat. Le résultat obtenu constitue la rentabilité nette d’impôt.

A voir aussi : Comment faire une simulation de crédit ?

Facteurs pouvant influencer la rentabilité d’un immobilier.

La rentabilité ne se résume pas seulement à une formule de calcul. Certains facteurs peuvent agir sur ce calcul de sorte que la rentabilité varie. Nous pouvons citer, les vacances locataires et la taxe foncière.

L’importance de prendre en compte les frais annexes dans le calcul de la rentabilité

Le calcul de la rentabilité d’un investissement immobilier ne se limite pas simplement au coût du bien et aux loyers perçus. Effectivement, pensez à bien prendre en compte les frais annexes qui peuvent impacter fortement la rentabilité.

Parmi ces frais, nous pouvons citer les charges locatives (charges communes, eau, électricité…), l’assurance habitation ainsi que les taxes foncières et d’habitation.

Cela peut sembler anodin, mais ces frais sont importants car ils impactent directement le rendement locatif. Il est donc primordial de les inclure dans le calcul pour avoir une vision précise de la rentabilité réelle du bien.

Pensez à bien considérer certains autres facteurs annexes tels que le coût des travaux nécessaires avant la mise en location ou encore les honoraires des professionnels intervenant dans l’achat ou la vente immobilière comme un agent immobilier ou un notaire.

Pour mieux appréhender le retour sur investissement effectif lié à un investissement immobilier, il paraît nécessaire d’intégrer toutes ces dépenses potentielles dans son calcul afin d’établir une vision réaliste et complète des gains générés par cet actif.

Comment utiliser les ratios financiers pour évaluer la performance de son investissement immobilier

Au-delà de l’estimation des frais annexes, il faut évaluer son investissement immobilier. Ces indicateurs clés permettent de mesurer la rentabilité et l’efficacité de votre placement.

Le ratio de rendement brut est le plus simple à calculer et consiste en une division entre les revenus annuels bruts du bien (loyers perçus) par rapport au coût total du bien. Le rendement brut vous donne une idée générale sur le potentiel locatif de votre investissement immobilier, mais cette mesure ne prend pas en compte les charges liées à celui-ci.

Pour avoir une vision plus précise et prendre en considération tous les frais engendrés par l’investissement, il faut calculer le rendement net. Ce dernier se calcule en soustrayant toutes les dépenses liées à l’exploitation du bien telles que : taxes foncières, charges locatives… Aux loyers perçus. Le tout divisé par sa valeur d’achat initiale.

Un autre indicateur clé est le taking-charge, qui inclut même la somme nécessaire pour couvrir un éventuel défaut de paiement ou encore une période sans locataire. Effectivement, avec cet indice, on tient compte non seulement des différentes dépenses relatives au logement (taxe foncière, etc.) mais aussi des risques inhérents tels que des perturbations économiques ou politiques pouvant impacter négativement la location.

Il existe aussi un autre ratio financier utile : le cash-flow immobilier. Il s’agit là de la différence entre les revenus locatifs et toutes les dépenses liées au bien (charges, taxes…). Ce dernier indicateur permet d’évaluer la capacité du bien à produire de l’argent pendant une période donnée.

Ces ratios financiers sont des outils clés pour évaluer votre investissement immobilier. Ils vous aideront à mieux comprendre sa performance et ainsi prendre les bonnes décisions en termes d’optimisation fiscale ou de gestion immobilière, par exemple.