Investissement

Quand commence-t-on à payer une maison en construction ?

La construction d’une maison peut être scindée en de nombreuses étapes. Depuis l’achat du terrain passant par la signature du contrat de construction jusqu’à la remise des clés, vous aurez des frais à payer. Néanmoins, lorsque vous devez payer une maison en construction, cette opération ne se fera pas en une fois. Autrement, vous ne pourrez pas supporter les charges.

Payer une maison en construction au début du projet

Payer une maison en construction n’est pas une opération financière que vous pourrez supporter en une seule fois. Par conséquent, la loi vous permet de régler votre facture de construction progressivement. Après l’achat de votre parcelle, vous devez choisir un constructeur qui devra piloter votre projet de construction.

A lire également : Investissement foncier : stratégies et avantages pour réussir

Si vous devez payer une maison en construction, cela commence déjà à la signature du contrat de construction. À cette étape, vous devez verser 5 % du montant total de la construction. Cependant, ce taux n’est appliqué que si le constructeur dispose d’une garantie de remboursement. Dans le cas contraire, 3 % du montant total lui est versé.

Une fois le contrat signé, il y est clairement stipulé la date à laquelle débutent les travaux. Ainsi, vous devez également payer une partie du montant total à l’ouverture du chantier. Généralement, une somme représentant 15 % du coût total est versée au constructeur.

A lire également : Trouver l'emplacement idéal pour investir dans l'immobilier : nos conseils experts

Payer une maison en construction pendant les travaux

Étant donné que le paiement d’une maison se fait progressivement, vous pourrez payer une partie du montant global convenu pendant les travaux. Ici, le pourcentage à verser dépendra de l’étape d’avancement. Ce type de paiement est souvent une contrainte imposée par les banques pour débloquer les fonds de votre prêt immobilier.

Ainsi, lorsque vous fournissez les justificatifs requis, votre banque vous débloque 25 % des fonds dès l’achèvement des fondations. De même, le constructeur pourra entrer en possession de 40 % des fonds dès qu’il achève les murs. Par la suite, lorsque le professionnel pose la charpente et la toiture, on parle de la mise hors d’eau. À cette étape, vous pouvez payer 60 % du montant total convenu.

Toujours en plein cœur de la réalisation de votre projet, 75 % des frais peuvent être versés dès que le constructeur met en place les cloisons.

Payer une maison en construction lors de l’achèvement des travaux

L’achèvement des travaux est l’étape à laquelle le professionnel met en place la plomberie, les accessoires de menuiserie et de chaufage. En gros, on parle de travaux de second œuvre. À cette étape, vous devez verser 95 % du coût total de la construction.

La remise des clés est la dernière étape à laquelle vous terminez le paiement de votre maison en construction. Ici, vous devez verser les 5 % restants. Cependant, assurez-vous qu’il n’y a pas de malfaçons avant de verser le pourcentage restant. Lorsque c’est le cas, le constructeur devra les réparer avant de recevoir son dû.

En résumé, on commence à payer une maison en construction à la signature du bail de construction. Le paiement finit à l’étape de remise des clés de l’habitation dans les mains du propriétaire.

Payer une maison en construction en fonction des étapes de validation

En plus du mode de paiement en fonction des étapes de construction, pensez à bien définir les étapes du projet qui doivent être achevées. Mais comment cela se passe-t-il concrètement ?

La première étape à valider est celle du terrassement. Il s’agit d’une phase cruciale pour la stabilité future de votre habitation qui doit être effectuée avec soin. À cette étape, vous pouvez verser environ 10 % du coût total.

La deuxième phase importante est celle des fondations. Une fois que le constructeur a coulé les dalles ou bétonné les piliers sur lesquels reposera votre maison, vous pouvez alors lui verser 20 %.

À l’étape suivante, c’est-à-dire la mise hors d’eau hors d’air (MOH), soit quand le gros œuvre est terminé et que votre bien immobilier peut être protégé naturellement contre la pluie et les intempéries par son propre toit et ses fenêtres, vous devez régler environ 35 % du prix global.

Une fois qu’on arrive à 50 % d’avancement dans la construction globale, on peut procéder aux versements restants. La dernière tranche correspondant aux 5 % finaux sera débloquée après avoir constaté ensemble les travaux réalisés conformément aux attentes.

Cette méthode permet donc un suivi précis et rigoureux de l’avancée des travaux tout en limitant vos risques financiers jusqu’à la fin de la construction. Effectivement, vous ne payez que lorsque des étapes prédéfinies et validées sont accomplies.

Payer une maison en construction en cas de retard ou d’imprévus dans les travaux

Il arrive que des imprévus ou des retards surviennent pendant la construction. Dans ce cas, comment procéder pour le paiement de votre maison en cours de construction ?

Tout d’abord, vous devez vérifier votre contrat signé avec l’entreprise de construction pour savoir s’il prévoit une clause relative aux retards et aux éventuels imprévus. Si tel est le cas, les modalités à suivre seront définies dans cette clause.

En général, les contrats prévoient un retard tolérable au-delà duquel une pénalité financière sera appliquée à l’entrepreneur. Cette pénalité peut être sous forme d’une retenue sur les versements ultérieurs jusqu’à ce qu’un certain montant soit atteint ou sous forme d’une indemnité forfaitaire.

La clarté et la précision du contrat sont essentielles car elles permettent d’établir une relation saine entre vous et l’entreprise contractante.

Si toutefois vous ne disposez pas d’une telle clause dans votre contrat ou que celle-ci n’est pas assez explicite concernant les situations imprévues susceptibles de survenir lors des travaux (retards liés à des conditions climatiques défavorables par exemple), pensez à faire appel à un avocat afin d’étudier ensemble vos options en matière juridique.

Pensez à bien souligner que certains constructeurs proposent désormais des garanties spécifiques qui couvrent ces types de problèmes. Ces garanties peuvent notamment prendre en charge une partie ou la totalité des coûts supplémentaires liés à un retard dans la construction.

En résumé, pensez à bien vérifier votre contrat et à avoir une vision claire des modalités en cas de retard ou d’imprévus. En cas de doute, n’hésitez pas à faire appel à un avocat spécialisé pour vous aider à déterminer les meilleures options juridiques possibles.